Les leucodystrophies à polymérase III

L’hypomyélinisation est un groupe hétérogène de maladies génétiques héréditaires. La maladie avec hypomyélinisation la plus connue est la maladie de Pelizaeus-Merzbacher. En 2005, une nouvelle maladie hypomyélinisante a été décrite où un autre symptôme, l’hypodontie (absence de dents et apparition retardée de dents), a été constaté de façon importante chez les jeunes enfants. Plus tard, on a observé que le développement de la puberté chez les adolescents ne débutait pas de façon normale. La maladie a alors été nommée syndrome 4H pour hypomyélinisation, hypodontie et hypogonadisme hypogonadotropique. En 2011, des équipes de recherche Canadiennes et Japonaises ont identifié deux gènes responsables du syndrome 4H, POLR3A et POLR3B.

Dans l’intervalle, il est devenu clair que tous les patients ne rassemblaient pas les 4 symptômes en même temps. Certains patients montraient seulement une hypomyélinisation, d’autres une hypomyélinisation associée à une puberté retardée voire absente, d’autres encore montraient tous les symptômes y compris le développement anormal de la dentition. Chez de nombreux patients, les autres symptômes importants comprennent une détérioration suite à des infections mineures, des problèmes de croissance et une myopie. La présence de dents à la naissance concerne 20% des enfants avec le syndrome 4H. Les problèmes d’apparition de dents nécessitent parfois des opérations dentaires.

Les symptômes neurologiques sont généralement évidents très tôt et de nombreux enfants consultent vers l’âge de 2-3 ans pour des problèmes d’équilibre pendant la marche et un développement modérément retardé. De façon exceptionnelle, certains enfants n’apprennent jamais à marcher sans aide. Une motricité fine est meilleure qu’une motricité grossière. Les troubles de la parole sont également fréquents et de nombreux enfants ont des difficultés à prononcer certains sons. La plupart des enfants ont besoin d'une éducation spécialisée car ils ont des difficultés d'apprentissage légères à modérées. Chez la plupart, les symptômes neurologiques se détériorent dans la deuxième décennie. La marche devient plus difficile et ils ont besoin d'un déambulateur à roues ou d’un fauteuil roulant. Beaucoup deviennent complètement dépendants du fauteuil roulant à l'adolescence. Parler et avaler devient plus difficile et la vision se détériore. Souvent, la spasticité n’est pas trop importante. Peu à peu, toutes les fonctions motrices sont perdues et les patients communiquent avec des mouvements oculaires ou de la tête. L'espérance de vie est réduite chez de nombreux patients. D'autres patients ont une évolution de la maladie beaucoup plus stable et montrent seulement une détérioration modérée voire pas de détérioration. À l'heure actuelle, nous ne pouvons pas prédire l'évolution de la maladie chez les jeunes enfants. S’il existe une détérioration, elle continue en général à un rythme lent.

Dr Nicole Wolf, VU University Medical Center, Amsterdam, Pays-Bas